Burkina FasoActualités

Les droits humains sur les sites d’orpaillage au Burkina Faso, qu’en est-il ?

Environ 20000 enfants travaillent dans les mines d’or artisanales au Burkina Faso.

Les orpailleurs cherchent sans répit de l’or dans des tunnels pouvant atteindre 100 mètres de profondeur. Cette quête a des conséquences sanitaires et environnementales encore peu connues, pour parfois seulement quelques grammes de poussière du précieux métal. Une ruée vers l’or qui tourne très souvent au cauchemar.

Les enfants orpailleurs au Burkina Faso
Les enfants orpailleurs au Burkina Faso
Site d'orpaillage au Burkina Faso
Site d'orpaillage au Burkina Faso
Les participants au lancement du projet
Les participants au lancement du projet "Diagnostic et mécanisme inclusif de suivi des droits humains sur les sites d’orpaillage au Burkina Faso "
Présentation du projet
Présentation du projet "Diagnostic et mécanisme inclusif de suivi des droits humains sur les sites d’orpaillage au Burkina Faso"
Orpailleuses au Burkina Faso
Orpailleuses au Burkina Faso
Reflexion en atelier sur la métodologie du projet
Reflexion en atelier sur la métodologie du projet "Diagnostic et mécanisme inclusif de suivi des droits humains sur les sites d’orpaillage au Burkina Faso"

Face à ce problème, l’Union Européenne au Burkina Faso a lancé un appel à projet sur le thème « Appui à la mise en place de système intégrés de protection et de mécanismes d’évaluation et de suivi de la situation des droits humains sur les sites d’orpaillage traditionnels au Burkina. ». La proposition d’Eau Vive Internationale, centrée sur les droits humains, a été retenue. Notre projet « Diagnostic et mécanisme inclusif de suivi des droits humains sur les sites d’orpaillage au Burkina Faso », développé au niveau national, est centré sur les droits humains sur les sites d’orpaillage au Burkina Faso.

Eau Vive Internationale a lancé officiellement l’ouverture de ce projet mardi 11 Avril 2017 au gouvernorat de la Région du Plateau Central sous le patronage de Mme Nana Fatoumata BENON/ YATASSAYE, Gouverneur de la région, avec une forte participation des autorités administratives et locales.

Monsieur René SOALLA, en sa qualité de 1er adjoint de Ziniaré a souhaité aux participants la bienvenue et un bon séjour dans la commune.

La délégation de l’Union européenne au Burkina Faso a été hautement représentée avec la présence effective de Monsieur Thomas Huyghebaert, chef de section Gouvernance.

Des attentes, pas des moindres…

Zakari BOURAIMA Directeur Pays d’Eau Vive Internationale au Burkina Faso, estime :

«…pour atteindre promouvoir et renforcer la prise en compte des droits humains, sociaux et économiques des populations sur les sites d’orpaillage au Burkina Faso, la disponibilité d’informations pertinentes, afin d’élaborer des politiques et des programmes appropriés, est cruciale. »

Une position renchérit par Thomas Huyghebaert quand celui-ci affirme :

« L’approche pour ce projet est fondée sur la participation active et l’inclusion de tous les acteurs de l’orpaillage et l’Union européenne veillera à cela.»

A l’issue de cette cérémonie, les partenaires techniques et de mise en œuvre du projet se sont retrouvés en atelier pour mener une réflexion sur l’échantillonnage des sites, la méthodologie de collecte et d’analyse des données, les mécanismes de collaboration entre les différents acteurs et les différents documents pertinents pour une mise en œuvre réussie du projet.

Les acteurs attendent au terme du projet une cartographie de la situation de référence des sites d’orpaillage aux plans humain, social, économique et sanitaire au Burkina Faso et une méthodologie et un mécanisme inclusif, continu et concerté de suivi des sites en matière de droits humains, sociaux, économiques et sanitaires.

Des recommandations à l’intention des décideurs politiques en vue de la conception et/ou de l’actualisation de politiques et programmes de promotion des droits humains, sociaux et économiques sont également attendues.

Zakari BOURAIMA, Directeur Pays de Eau  Vive a témoigné sa profonde reconnaissance aux différents acteurs impliqués dans le processus de mise en œuvre du projet en l’occurrence les structures déconcentrées de l’Etat, le Syndicat des Mines Artisanales et Semi-artisanales au Burkina Faso, le CEDRES, le MBDHP, EDUCO, Terres des hommes Lausanne, Terres des hommes Italie…

 

 

À lire aussi
Nous soutenir
Boutique