FranceActualités

Eau et Assainissement pour tous, une France à la hauteur de ses ambitions

Alors qu’environ 2 milliards de personnes sont toujours privées d’eau potable et d’assainissement dans le monde, dont 2 millions en France, la solidarité internationale est généralement la laissée-pour-compte des campagnes pour les élections, qu’elles soient présidentielles ou encore plus législatives.

Eau et Assainissement pour tous, une France à la hauteur de ses ambitions

Pourtant, l’accès à l’eau et à l’assainissement pour tous, bien que souvent délaissé du débat public, est un enjeu majeur. À la croisée des développements humain, économique et environnemental, l’eau a des impacts majeurs à tous les niveaux : santé, éducation, sécurité alimentaire, nutrition, environnement, économie, genre, paix et sécurité…  Les Français en ont tout à fait conscience : 98 % d’entre eux font de l’eau potable et de l’assainissement une priorité de l’aide publique au développement.

 

Porteurs de la voix des citoyens et des territoires, les députés ont un rôle essentiel à jouer. Ils ont ainsi permis de grandes avancées pour le secteur avec l’adoption de la loi Oudin Santini sur le 1% solidaire Eau, l’augmentation de l’assiette et de la part de la taxe sur les transactions financières affectée au développement, la résolution N°3123 en faveur de l’aide au développement et des mécanismes de solidarité décentralisée, l’adoption de la proposition de loi relative à la mise en œuvre effective du droit humain à l’eau potable et à l’assainissement en France.

 

C’est pourquoi, à l’occasion des élections législatives, Eau Vive France et ses antennes adressent 3 messages à l’attention des candidat(e)s afin de rehausser l’ambition de la politique de développement de la France, pour un accès à l’eau et à l’assainissement pour tous :

 

RESPECTER LES ENGAGEMENTS DE LA FRANCE EN FAVEUR DE LA SOLIDARITE INTERNATIONALE

 

→   Honorer dès 2022 la promesse d’atteindre les 0,7% de son revenu national brut alloué à l’Aide Publique au Développement (APD), en augmentant les crédits budgétaires de 10 % par an de 2017 à 2022, y compris via une taxe sur les transactions financières ambitieuse.

 

→   Allouer 50% de l’APD aux pays les moins avancés.

 

→   Renforcer la transparence et la lisibilité de l’aide française, notamment par une loi de programmation budgétaire.

 

METTRE EN PLACE DES POLITIQUES DE FINANCEMENTS ADAPTEES POUR L’EAU ET L’ASSAINISSEMENT

 

→   Consacrer 100 millions d’euros de dons par an*pour l’accès à l’eau potable et à l’assainissement – hors C2D** et délégations de fonds de l’Union européenne, en ciblant prioritairement les populations les plus défavorisées et les pays les moins avancés.

* 63 millions d’euros engagés en 2014

** Contrats de Désendettement et de Développement

 

→   Mobiliser plus de fonds additionnels pour l’eau et l’assainissement, notamment via la coopération décentralisée et la Taxe sur les Transactions Financières affectée à l’eau et à l’assainissement.

 

FAIRE DU DROIT HUMAIN A L’EAU ET A L’ASSAINISSEMENT UNE REALITE EN FRANCE

 

→   Réinscrire au Parlement l’examen d’une loi sur la mise en œuvre effective du droit à l’eau potable et à l’assainissement en France.

 

 →   Distribuer des aides préventives aux ménages ayant des difficultés à payer leurs factures d’eau et d’assainissement.

 

 →   Soutenir les collectivités territoriales pour mettre en place des infrastructures d’eau et d’assainissement au bénéfice des populations en difficulté, avec un effort particulier en faveur des collectivités d’outre-mer.

 

 

Mesdames et Messieurs les députés, nous comptons sur vous !

À lire aussi
Nous soutenir
Boutique