InternationaleActualités

22 mars 2018, Journée Mondiale de l’Eau : La nature au secours de l’eau

Si l’eau est essentielle à la nature, la nature est essentielle à l’eau. Les forêts, les sols, les zones humides rendent de nombreux services pour la gestion de l’eau : stockage, filtration, protection contre les inondations, les sécheresses… Autant de solutions « naturelles », durables et économiques, qui contribuent à relever les défis du développement : équilibre des écosystèmes, bien-être des populations, limitation des effets du changement climatique, gains économiques.

 

 

22 mars 2018, Journée Mondiale de l’Eau : La nature au secours de l’eau

Planter des arbres et des haies vives pour lutter contre l’érosion, restaurer les terres dégradées, protéger les mares par des bandes végétales, défendre les forêts communautaires pour lutter contre la désertification, sensibiliser les populations à la protection de l’environnement… Eau Vive Internationale, à travers ses projets en Afrique de l’Ouest, oeuvre pour que la nature reprenne sa place et contribue à l’équilibre du cycle de l’eau.

 

Car le cycle de l’eau est intrinsèquement lié à la nature. Les forêts, les aquifères, les sols, les zones humides, les lacs permettent le stockage de l’eau et son infiltration, favorisant la recharge des nappes phréatiques et l’évapotranspiration par la végétation et la surface (sols, eaux libres) qui restitue l’eau à l’atmosphère. Les lisières végétales, les zones humides, les arbres contribuent à filtrer l’eau et à améliorer sa qualité. Les zones humides, les plaines inondables, les lisières végétales tampon le long des cours d’eau diminuent les risques d’inondation en cas de crues extrêmes. Tous ces services rendus par la nature contribuent à assurer la régulation de l’approvisionnement en eau, la régulation de la qualité de la ressource, la modération des phénomènes extrêmes liés à l’eau.

 

Ces solutions fondées sur la nature, basées sur des infrastructures « vertes », sont autant de réponses durables et rentables face aux défis du développement. Elles contribuent à l’accès à l’eau potable, à la santé et à l’alimentation des populations, aux enjeux de production, à l’atténuation et à la gestion des risques climatiques, à la préservation de l’environnement. Certes, ces infrastructures vertes seules ne suffisent pas, mais elles peuvent compléter, améliorer ou se substituer efficacement aux infrastructures grises ou bâties, telles que les réservoirs, les barrages, les stations de traitement des eaux, etc. Elles constituent en outre des mesures préventives intéressantes, souvent moins coûteuses que les mesures correctives, à tous les niveaux.

 

Face aux défis croissants du changement climatique et alors que l’Agenda 2030 des Nations Unies pour le Développement Durable prône une vision intégrée du développement, les solutions pour l’eau fondées sur la nature doivent être promues et développées. Elles permettront non seulement de contribuer à atteindre l’Objectif de Développement Durable (ODD) 6 lié à l’eau mais aussi nombre des autres ODD dont l’eau est une composante essentielle (santé, alimentation, villes, production, vie aquatique, vie terrestre, climat…).

 

En cette Journée Mondiale de l’Eau, Eau Vive Internationale appelle à une vision globale et intégrée de la gestion de l’eau et fait sien le slogan « La réponse se trouve dans la nature ».

 

 

QUELQUES CHIFFRES

  • 2,1 milliards de personnes n’ont pas accès à des services fiables d’approvisionnement en eau potable (JMP, 2017).

 

  • 40% de la population mondiale sera confrontée aux pénuries d’eau d’ici 2050 (OCDE, 2012).

 

  • 90% des catastrophes naturelles sont liées à l’eau (UN-Water, 2012).

 

  • En Afrique subsaharienne, plus de 90% des eaux usées sont déversées dans la nature sans traitement (UN-Water, 2017).

 

  • En Afrique, 500 millions d’hectares de terres sont affectés par l’érosion notamment hydrique (Initiative AAA, 2016).

 

 

Téléchargez le communiqué ici

À lire aussi
Nous soutenir
Boutique