InternationaleActualités

Burkina Faso : atelier « Or propre »

Le jeudi 29 novembre 2018, à l’initiative d’Eau Vive Internationale et de ses partenaires, s’est déroulé un atelier « Or propre » à Zorgho sur les premiers résultats des techniques alternatives expérimentées par des artisans miniers.

Vue d'ensemble des participants à l'atelier
Vue d'ensemble des participants à l'atelier
De gauche à doite : Jacques KABORE, Maire de Zorgho - Robert ZOUNGRANA, Haut-commissaire de la Province du Ganzourgou - Elisabeth PITTELOUD,  Directrice de la Coopération Suisse
De gauche à doite : Jacques KABORE, Maire de Zorgho - Robert ZOUNGRANA, Haut-commissaire de la Province du Ganzourgou - Elisabeth PITTELOUD, Directrice de la Coopération Suisse
Burkina Faso : atelier « Or propre »
Burkina Faso : atelier « Or propre »

L’orpaillage est actuellement en plein essor au Burkina Faso. Depuis 2017, Eau Vive Internationale, le CIEDEL et l’Alliance pour une Mine Responsable (ARM) mènent un projet pilote de conception et de promotion de pratiques vertueuses dans l’exploitation artisanale de l’or en Afrique de l’Ouest, avec l’appui financier du Grand Reims, de l’Ambassade de France et de la Coopération Suisse. Ce projet a pour objectif d’identifier et d’expérimenter avec des artisans miniers de Zorgho, Méguet et Boudry (Province du Ganzourgou), des techniques alternatives à l’emploi des produits dangereux comme le mercure et le cyanure. Soucieux des impacts sociaux et des risques environnementaux que représente l’artisanat minier sur leurs territoires, les élus de ces communes ont souhaité une exploitation minière artisanale plus vertueuse.

 

Le 29 novembre 2018, après plus de 6 mois de travail avec trois groupements d’artisans miniers, un atelier de restitution des premiers résultats s’est déroulé dans la commune de Zorgho. Il a permis aux différents acteurs d’échanger largement sur les acquis du projet et la problématique de l’orpaillage au Burkina.

 

Plus de 80 participants étaient au rendez-vous. Qu’ils soient élus des communes ciblées ou voisines, représentants de l’Administration centrale et déconcentrée en charge des mines ou de structures administratives concernées par le sujet, acteurs de la société civile, membres d’instituts de recherche, partenaires techniques et financiers, orpailleurs, tous ont pris part à cet atelier participatif. En plénière, les représentants des groupements d’artisans miniers des 3 communes, les syndicats et associations d’orpailleurs, et les élus concernés, ont fait part de leur appréciation quant à la mise en œuvre du projet, afin de tirer leçon de cette première phase et d’envisager les suites à donner.

 

Preuve du caractère innovant et pertinent du projet, une délégation malienne composée d’élus et d’orpailleurs était présente afin de s’inspirer des acquis de l’expérimentation en vue d’une réplique dans leur pays. (lien sur l’article voyage des maliens)

 

À terme, l’ambition du projet « or propre » est de contribuer à ce que l’activité d’orpaillage à l’échelle nationale, voire sous régionale, soit un levier puissant du développement économique et social tout en restant respectueuse de l’environnement et de la santé humaine.

 

En savoir plus :

Kokou SEMANOU

 

À lire aussi
Nous soutenir
Boutique