InternationaleActualités

COP23, une COP de transition !

La 23ème session de la Conférence des Parties de la Convention-Cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (COP22) se tiendra à Bonn, en Allemagne, du 6 au 17 novembre 2017. Présidée pour la première fois par un petit Etat insulaire avec les Iles Fidji, la COP23 sera une COP de transition, marquée par l’urgence absolue d’une prise de conscience générale de l’ampleur des défis à relever. Les négociations de la COP23 seront très techniques puisqu’elles visent à définir les règles de mise en œuvre de l’Accord de Paris. Une journée « Eau » est confirmée le vendredi 10 novembre dans le cadre du Global Climate Action Agenda.

COP23,  une COP de transition !

 

Préparer le terrain pour l’année 2018 et le Dialogue de facilitation (dialogue de Talanoa), qui se tiendra tout au long de l’année et doit être le premier bilan collectif et individuel de Etats. La COP23 doit faire en sorte que les modalités techniques et politiques de ce dialogue soient adoptées par les pays d’ici la fin des négociations de la COP23. Le dialogue doit également être lancé à la fin de la COP23 pour créer une dynamique et s’appuyer sur plusieurs moments forts en 2018 : publication du rapport du GIEC sur le 1,5°C, sommet des acteurs non-étatiques en Californie…

 

  • Progresser de manière constructive sur les règles de fonctionnement et d’application de l’accord de Paris, qui doivent être finalisées en 2018. Ces discussions doivent commencer à faire émerger des consensus et un équilibre entre des règles robustes et flexibles selon les capacités des pays. La COP23 doit faire ressortir des textes pour ces règles, avec des options bien identifiées et une feuille de route pour continuer le travail en 2018.
  • La COP23 doit créer un sentiment de confiance entre pays riches et pays pauvres, en réaffirmant la volonté politique des pays développés d’honorer leurs engagements (notamment financiers, avec l’objectif des 100 milliards) et de prendre en main des sujets longtemps ignorés comme les pertes et dommages. Pour que l’accord de Paris soit appliqué de manière ambitieuse, il faut défendre une véritable justice climatique, qui est le ciment de la confiance entre les pays développés et les pays en développement. Cela passe notamment par honorer la promesse financière d’atteindre 100 milliards de dollars par an d’ici à 2020 pour aider les populations vulnérables à mener le combat contre les changements climatiques et en prenant en main la question des pertes inévitables causées par ces dérèglements.
  • Enfin, sur un plan plus diplomatique, les pays doivent continuer à faire front commun pour faire progresser les discussions, malgré le retrait des USA.

 

Les 4 axes prioritaires de la COP23 annoncés par la présidence fidjienne :

  1. Avancées sur le Paris Agreement Work Programme (dans l’élaboration du « rulebook », pour la définition des règles de mise en œuvre et de fonctionnement de l’accord de Paris, et le lancement du dialogue de facilitation 2018)
  2. Les financements climat (100 milliards et accès aux financements climat)
  3. La gestion des risques climatiques et la résilience, avec un focus sur les pertes et dommages
  4. La relève de l’ambition avant 2020 à travers les NDCs

 

Les résultats attendus des négociations par les ONG/OSC

  1. Le Dialogue de Talanoa de 2018 a ses modalités bien définies et adoptées en fin de COP, avec une référence claire à la nécessité de renforcer les engagements
  2. Le Dialogue de Talanoa est lancé, et une articulation claire émerge avec les moments clés de l’année 2018
  3. Les pays ressortent avec une feuille de route et des options pour avancer sur la définition des règles de l’accord
  4. Le sens de l’urgence est reflété dans les discussions, en particulier sur celles liées à la solidarité Nord/Sud et permettent de reconnaître les besoins des pays les plus vulnérables/d’ouvrir la voie à des avancées concrètes d’ici à 2020
  5. Les Etats-Unis n’interfèrent pas dans les négociations, y compris pendant le segment de haut niveau, et des pays affirment leur leadership – en particulier UE (dont France) et Chine/Inde

 

 

Pour en savoir plus : LA COALITION EAU POUR LA COP23

 

À lire aussi
Nous soutenir
Boutique