InternationaleActualités

Journée Mondiale de l’Eau 2019, « NE LAISSONS PERSONNE DE CÔTÉ ! »

Ce 22 mars, la Journée Mondiale de l’Eau 2019 est célébrée sous le thème : Ne laisser personne de côté ! Un défi ambitieux à relever alors que dans le monde 2,1 milliards de personnes, ne jouissent toujours pas de leur droit humain fondamental d’accès à l’eau potable. L’Afrique est la région la plus touchée. Plus du tiers de sa population soit plus de 300 millions de personnes n’ont pas accès à des services d’eau potable pérenne.

Illustrations ONU-Eau
Illustrations ONU-Eau

De fortes inégalités persistantes qu’il convient de rappeler,  

Les problèmes d’accès aux services d’eau potable, d’assainissement et d’hygiène sont extrêmes et persistants. Ils reflètent des inégalités existantes à tous niveaux :

→     Entre pays et régions du monde : les pays à faible revenu concentrent les taux d’accès les plus bas. La majorité des personnes sans accès à l’eau et à l’assainissement vit en Afrique Subsaharienne. 65% de la population africaine pourrait connaître un stress hydrique en 2025.

→     À l’intérieur même des pays : 80% des personnes n’ayant pas accès à une eau saine vivent en zones rurales africaines. En Afrique Subsaharienne, 60% de la population urbaine vit dans des bidonvilles, dans lesquels les conditions d’accès à l’eau et à l’assainissement sont particulièrement difficiles.

→     En fonction du genre : en Afrique subsaharienne, ce sont les filles et les femmes qui s’occupent de la collecte de l’eau. Au quotidien, c’est un quart de leur temps qu’elles y consacrent, au détriment de leur éducation, de leur indépendance économique et de leur sécurité.

→     Auprès de groupes marginalisés et discriminés du fait de leur nationalité, leur origine, leur race ou leur religion.

→     Auprès de populations victimes de crises diverses : dans les contextes de conflit, de catastrophe ou de déplacement de populations, le manque d’accès à l’eau, à l’assainissement et à l’hygiène constitue une atteinte aux besoins essentiels immédiats des victimes et augmente les risques d’insécurité alimentaire et de propagation de maladies hydriques mortelles.

Ne laisser personne de côté, c’est possible !

La lutte contre les inégalités est un devoir et un engagement des États, faite dans le cadre des Objectifs de Développement Durable des Nations unies, lesquels visent l’accès universel à l’eau potable et à l’assainissement d’ici à 2030. Pour qu’elle devienne une réalité, des actions immédiates et ambitieuses sont nécessaires :

→     Rendre effectif les droits humains à l’eau, l’assainissement et l’hygiène, tels que reconnus par les Nations Unies, pour un accès universel, sans discrimination, physiquement accessible et abordable.

→     Orienter de manière prioritaire les politiques et les moyens d’action en direction des populations les plus vulnérables et marginalisées.

→     Lutter contre toutes les formes de discriminations et contre leurs causes profondes, qui sont ancrées dans nos systèmes sociaux, économiques et culturels.

 

Eau Vive Internationale reste mobilisée !

En quarante ans d’action, Eau Vive Internationale a permis à plus de 3 millions d’africains d’avoir accès à l’eau potable et à de meilleures conditions de vie. Elle a développé, et développe toujours aujourd’hui, des programmes en Afrique subsaharienne pour l’accès des populations les plus vulnérables à l’eau potable et à de meilleures conditions alimentaires et économiques.

Face à l’ampleur des besoins, Eau Vive Internationale restera mobilisée et saisit cette journée mondiale de l’eau 2019 pour appeler toutes les parties à une approche participative inclusive. Aucune énergie, aucune idée, aucune ressource et aucune volonté ne doivent être laissées de côté afin de venir à bout du non accès à l’eau.

 

 

 Télécharger le communique de presse ici

 

À lire aussi
Nous soutenir
Boutique