InternationaleActualités

Togo : Apprendre à transformer les excréments humains en fertilisant

Le 31 octobre 2019, deux semaines après Bounoh et toujours dans l’optique d’encourager encore plus d’habitants à vivre dans de bonnes conditions d’hygiène, l’équipe du projet Kara’ WASH a organisé une journée de sensibilisation à Panalo. Elle a montré a la population les avantages des latrines familiales Ecosan sur le plan sanitaire mais aussi sur le plan agricole et formé une quinzaine de bénéficiaires de ces installations à la transformation des matières fécales en fertilisant pour les cultures.

Togo : Apprendre à transformer les excréments humains en fertilisant
Togo : Apprendre à transformer les excréments humains en fertilisant
Togo : Apprendre à transformer les excréments humains en fertilisant
Togo : Apprendre à transformer les excréments humains en fertilisant
Togo : Apprendre à transformer les excréments humains en fertilisant
Togo : Apprendre à transformer les excréments humains en fertilisant
Togo : Apprendre à transformer les excréments humains en fertilisant
Togo : Apprendre à transformer les excréments humains en fertilisant
Togo : Apprendre à transformer les excréments humains en fertilisant
Togo : Apprendre à transformer les excréments humains en fertilisant
Togo : Apprendre à transformer les excréments humains en fertilisant

L’équipe du projet Kara’ WASH et la quinzaine de bénéficiaires de la formation, équipés depuis avril 2019 de latrines Ecosan, se sont rendus chez la famille MEBA pour mettre en pratique les théories sur l’utilisation des sous produits des latrines et plus particulièrement sur l’hygiénisation des excréments. Sur place, les animateurs ont vidangé la seconde fosse, la première l’avait été en août 2018 et ont rappelé les règles à appliquer si l’on veut que les déjections soient exploitables.

 

En effet, pour arriver à recycler les fèces, l’utilisateur doit toujours avoir à portée de mains, dans la latrine, de la cendre tamisée dans un récipient approprié avec un gobelet de dosage (1 boite de conserve de lait Peak par exemple). Il doit verser une dose de cette cendre sur ses selles après chaque défécation. Quand la fosse est pleine, elle est fermée avec du mortier durant 8 mois. Pendant ce laps de temps, la seconde fosse est mise en utilisation. Ce procédé permet de neutraliser les agents pathogènes (bactéries, virus, parasites) présents dans les excréments et, par conséquence, de disposer de fèces hygiénisées et donc utilisables sur les parcelles agricoles.

 

Au cours de la formation, l’équipe du projet a échangé avec les bénéficiaires sur l’utilisation et l’entretien des latrines. L’expérience de Mme Somyalou HEYOU, présidente du Comité villageois de développement de Panalo, et de Mme Magliwè MEBA, chez qui se déroulait la formation pratique, ont permis aux bénéficiaires de constater la facilité d’utilisation et d’entretien des latrines familiales Ecosan et les avantages liés au recyclage des urines et fèces hygiénisées pour les cultures.

 

A la suite de ces échanges, un animateur et un des bénéficiaires ont procédé à l’ouverture de la fosse et à la vidange des fèces hygiénisées qui ont été déposées dans des sacs de jute. Comparativement aux urines, les selles hygiénisées sont utilisées comme fumure de fond au semis ou appliqués dans la première semaine juste après la levée des plants. Pour cela, il faut remuer la terre afin de les enfouir mais en accordant d’abord une attention particulière au type de culture et à la quantité de fèces hygiénisées à apporter par poquet de plants ou par mètre carré de parcelle.

 

Pour une bonne compréhension par l’assemblée, l’exercice a été mené sur une planche de 2m x 1m (2m2), préparée pour semer du gombo. Deux membres du groupe, munis de gants et de masque, ont épandu 300g de fèces hygiénisées par mètre carré en se référant aux indications techniques. Pour le dosage, les animateurs recommandent d’utiliser une canette vide de ‘’Coca-Cola’’ ou de ‘’Sprite’’ de 330g, facile à trouver sur marché. Une fois la planche apprêtée avec les fèces hygiénisés comme fumure de fond, les démonstrateurs ont semé du gombo puis procédé à un arrosage pour donner un coup de pouce à la levée des graines.

 

À la fin de cette journée, des fiches sur l’utilisation et l’entretien des latrines ainsi que l’hygiénisation des excréments humains et leur épandage sur les cultures ont été mises à la disposition des bénéficiaires. L’accent a été porté sur les règles de sécurité indispensables à savoir : Toute personne qui veut manipuler les sous-produits des latrines (urine et fèces hygiénisées) doit d’abord se protéger en portant un masque, des gants et si possible des bottes.

 

Aujourd’hui, avec cette formation très pratique, les habitants de Panalo savent comment apporter des éléments nutritifs récupérées de leurs latrines Ecosan, à leurs cultures. Dans les jours à venir, d’autres habitants pourront en faire autant car cette formation se poursuit dans les autres villages ciblés par le projet Kara’ WASH.

 

 

Le projet Kara’WASH est soutenu par l’Union européenne, Eau Vive et ses partenaires. La mise en œuvre est assurée par Eau Vive au Togo et ses partenaires locaux AJT, CAP-EJR et PADES dans 25 villages des préfectures de la Kozah et de la Binah (région de la Kara).

À lire aussi
Nous soutenir
Boutique