InternationaleActualités

Au Togo, des femmes et des jeunes se forment à l’élevage porcin

Du 4 au 6 janvier 2018, 14 femmes et 5 jeunes hommes, venus de groupements Gnanbana (Groupement mixte) du village de Tchoidè, et Mouloudema (Groupement féminin) du village de Lama Poudè, ont participé à une formation théorique et pratique sur les techniques améliorées d’élevage des porcs.

Nettoyage de la porcherie à Aromdè
Nettoyage de la porcherie à Aromdè
Construction de la porcherie à Tchoidè
Construction de la porcherie à Tchoidè

Au Togo, principalement en milieu rural, la pratique de l’élevage est traditionnelle. Les éleveurs laissent le bétail errer en toute liberté et sans soins vétérinaires. Les conséquences sont la mort des animaux causée par les pestes ou autre épidémie infectieuse, des accidents et parfois le vol.

 

Pour améliorer cette pratique, dans le cadre du projet Sahel Vert 5, Eau Vive Internationale a organisé une formation de trois jours sur les techniques améliorées d’élevage du porc afin d’accroître les revenus des groupements.

 

La formation théorique a été articulée autour de 4 thèmes spécifiques à l’élevage porcin :

  1. Origine, avantages et inconvénients de l’élevage du porc.
  2. Principales races porcines élevées au Togo.
  3. La porcherie.
  4. Reproduction, alimentation et santé du porc.

 

Au cours de la formation, les participants ont visité les porcheries du groupement Rilanèrihèsi dans le village Aromdè, avec lequel ils ont échangé sur les expériences et les difficultés. Ce groupement avait bénéficié de cette formation dans le cadre du projet : « Renforcement de la participation communautaire pour la protection de l’environnement et la restauration de la fertilité des sols » (PERFS) initié et exécuté dans la Région de la Kara par Eau Vive internationale et ses partenaires de 2013 à 2016.

 

A la fin de cette formation, les participants ont témoigné leur satisfaction. La majorité ont découvert que le porc avait besoin d’être soigné, bien nourri, et devrait rester dans sa porcherie pour jouir d’une bonne santé. Les soins vétérinaires sont administrés selon l’âge et les saisons.

 

Le projet sahel Vert 5 est financé par Eau Vive, et de l’Eau Pour le Sahel (DELPS) à 80% et  les groupements contribuent à hauteur de 20% pour la mise en œuvre de leurs micro-projets.

À lire aussi
Nous soutenir
Boutique