InternationaleActualités

Burkina faso – Gestion intégrée des ressources en eau, droits humains, genre… coup d’envoi du programme

Le 26 mars 2019 à Bobo-Dioulasso, Eau Vive Internationale, en partenariat avec les agences de l’eau des Cascades (AEC) et du Mouhoun (AEM), a donné le coup d’envoi officiel des activités pour une gestion intégrée des ressources en eau dans les espaces de compétences de ces agences en intégrant les droits humains et le genre.

Burkina faso – Gestion intégrée des ressources en eau, droits humains, genre… coup d’envoi du programme
Briac DEFFOBIS, représentant de la délégation de l’Union Européenne
Briac DEFFOBIS, représentant de la délégation de l’Union Européenne
Antoine Atiou, gouverneur des Hauts Bassins
Antoine Atiou, gouverneur des Hauts Bassins
Bakoné Millogo, maire du 4ème arr. de Bobo-Dioulasso - Représentant de l’association des municipalités du Burkina Faso
Bakoné Millogo, maire du 4ème arr. de Bobo-Dioulasso - Représentant de l’association des municipalités du Burkina Faso
Burkina faso – Gestion intégrée des ressources en eau, droits humains, genre… coup d’envoi du programme
Intervention dans le public
Intervention dans le public
Intervention dans le public
Intervention dans le public
L'ensemble des participants
L'ensemble des participants

Gouverneurs de régions, Hauts commissaires, directeurs régionaux, maires, représentants des agences de l’eau et de comités locaux de l’eau, … au total, plus de soixante personnes étaient au rendez-vous ce 26 mars à Bobo-Dioulasso. Cette cérémonie, présidée par M. le Gouverneur de la région des Hauts Bassins, a permis d’impliquer tous ces acteurs clés dans la mise en œuvre des activités du programme.

 

Lors de son intervention, Bakoné Millogo, maire du 4ème arrondissement de Bobo-Dioulasso, honoré du choix de sa commune pour cette cérémonie d’ouverture, a souligné l’importance d’une gestion durable et inclusive des ressources en eau. Au nom du bureau exécutif de l’association des municipalités du Burkina Faso, section Hauts Bassins, il a assuré à Eau Vive Internationale, à l’AEC et à l’AEM le soutien et l’engagement de tous pour relever les défis et atteindre les objectifs du projet.

 

Pierre Damien Bationo, directeur général de l’AEC a présenté à l’assemblée les principales activités qui seront réalisées sur les deux espaces et a encouragé tous les acteurs et usagers de l’eau à s’unir, dans une démarche participative, pour une mise œuvre réussie du projet.  Il a apporté un éclairage sur la nature du consortium que forme Eau Vive Internationale, structure non étatique et les agences de l’eau, structures étatiques. Avec l’Union Européenne ce type de partenariat de compétence et financier, permet d’envisager une gestion Intégrée des ressources en eau autrement et élargie à toutes les compétences pour de meilleurs résultats.

 

Briac Deffobis, représentant de la délégation de l’Union Européenne au Burkina Faso, a souligné l’attention particulière qu’accorde l’Union Européenne aux questions de droits humains et du genre. Son exposé sur la stratégie de l’Union Européenne en termes d’appui aux politiques sectorielles de développement, a permis au public de mieux contextualiser le projet.

 

Dans son discours, Antoine Atlou, gouverneur des Hauts Bassins, est revenu sur l’historique de la GIRE et rappelé la volonté du Burkina Faso d’œuvrer pour une gestion exemplaire des ressources en eau. Il a félicité le consortium pour l’initiative du projet tout en l’encourageant à une mise œuvre efficace et efficiente des actions. Il a remercié, au nom du gouvernement Burkinabè, l’Union Européenne pour son soutien indéfectible et a invité tous les acteurs, particulièrement les comités locaux de l’eau, à s’approprier les actions prévues dans le cadre de ce projet afin d’en assurer le succès et surtout de garantir la durabilité de ses acquis

 

A l’issue des différentes interventions, le débat ouvert avec l’assemblée a facilité la compréhension du projet par tous. Enrichis par ce débat, le 27 mars, Eau Vive Internationale, AEC et AEM se sont rassemblées pour travailler sur la planification des activités de l’année 1, leurs financements et définir le rôle de chacun.

 

Aujourd’hui, dans les espaces de compétence des agences de l’eau des Cascades et du Mouhoun, tout est en bonne voie pour parvenir à une gestion intégrée des ressources en eau incluant le respect des droits humains et le genre.

 

Plus d’info sur le programme ici

À lire aussi
Nous soutenir
Boutique